Le Pays Voironnais souhaite promouvoir l’habitat intermédiaire :  retour sur l’atelier du 14 juin 2018

Le Pays Voironnais élabore actuellement son nouveau Programme Local de l’habitat et s’interroge sur sa stratégie de positionnement résidentiel afin d’enrayer la perte d’attractivité constatée et de répondre aux nouvelles attentes résidentielles, en tenant compte des spécificités de chacun des territoires qui le composent.

Dans cette perspective, soucieux d’explorer de nouvelles formes d’habitat, le Pays Voironnais a mandaté l’Agence d’Urbanisme de la Région Grenobloise afin de qualifier les attentes du territoire en matière d’habitat intermédiaire, à partir d’une analyse des différents marchés immobiliers.

Cette forme d’habitat permettrait de rompre avec la traditionnelle dichotomie opposant l’habitat collectif à la maison individuelle, très largement majoritaire dans le Pays Voironnais, pour diversifier l’offre, en développant un type d’habitat qui propose le même confort d’usage que la maison individuelle, tout en consommant moins de foncier et en concourant à la redynamisation des centres-bourgs.

Dans ce contexte, le CAUE de l’Isère a parallèlement été chargé d’une double mission :

- d’une part, sensibiliser les élus et techniciens à la diversité des formes et aux qualités spécifiques de l’habitat intermédiaire ;

- d’autre part, leur proposer une méthodologie qui pourrait les aider à garantir la qualité des futurs programmes d’habitat intermédiaire.

Une trentaine d’élus et de techniciens du Pays Voironnais ont pris part, jeudi 14 juin 2018, à un atelier dédié à l’habitat intermédiaire, au cours duquel l’AURG et le CAUE ont présenté le résultat du travail collaboratif qu’ils ont engagé avec les services du Pays Voironnais depuis 2017.

Le CAUE a, dans un premier temps, défini et présenté les spécificités de cet habitat (juxtaposition, mitoyenneté, nombreuses combinaisons de superpositions et d’imbrications), la variété de formes architecturales possibles à partir de multiples exemples, les différents enjeux liés à ce type d’habitat (réponse aux besoins de mixité sociale et aux besoins du parcours résidentiel de différents publics) et ses qualités (compacité, économie d’espace, limitation de l’étalement urbain), l’importance de l’attention à apporter au confort d’usage des futurs occupants (taille des logements, réapparition de rangements et pièces annexes) et les aspects qualitatifs des espaces extérieurs privatifs et collectifs (intimité, confort climatique)….

Beaucoup d’élus se sont révélés intéressés par cette forme d’habitat et ont exprimé leurs questionnements concernant les modalités d’accueil concrètes de ce type d’habitat sur leur commune dans les phases opérationnelles et la méthodologie qui pourrait leur permettre d’imposer des critères qualitatifs, en fonction de chaque contexte, aux opérateurs, bailleurs et promoteurs, dans le cadre d’un urbanisme négocié.

En réponse à ces questions, le CAUE a présenté la méthodologie proposée au Pays Voironnais qui prend en compte la singularité de chaque projet, les enjeux concrets d’un aménagement durable et aboutit, à partir d’une grille d’analyse multicritères, à la définition d’invariants qualitatifs destinés à aider les élus dans leurs démarches d’aménagement.

Cet atelier a été prolongé, le 28 juin 2018, par une visite d’opérations organisée à l’initiative du Pays Voironnais en partenariat avec le CAUE. Elle a permis aux élus et techniciens de découvrir concrètement plusieurs opérations d’habitat intermédiaire dans des contextes urbains différents de la région lyonnaise (commune rurale, centre de Lyon et commune péri-urbaine du sud-est lyonnais).

Les élus ont ainsi pu observer des logements intermédiaires réalisés dans d’autres contextes, leur donnant ainsi l’occasion d’imaginer de nouvelles façons d’habiter pour répondre aux besoins de leurs administrés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.