Le charme discret des centres-bourgs, une qualité de vie à réinventer : portraits isérois

En charge en Isère du pilotage de la réflexion sur la revitalisation des centres-bourgs, le CAUE est allé interroger des ménages isérois qui avaient franchi le pas de l’habitat en centre-bourg.

Alors que la vacance résidentielle (logements vides) est très préoccupante dans certains centres-bourgs et qu’aller vivre en périphérie semble être devenu une norme dans les espaces périurbains et ruraux, ces isérois rencontrés paraissent, par leurs choix, être à contre-courant. Se pose aujourd’hui la question de savoir s’il s’agit d’une demande marginale ou d’une tendance d’avenir ?

 

Leurs témoignages, sensibles et vivants, montrent combien vivre en cœur de commune n’est pas une punition mais apparaît bien souvent comme une opportunité à saisir.

A travers la description de leur logement et de leur vie quotidienne, ces habitants témoignent des changements sociétaux, des évolutions des structures familiales qui ne cessent d’interroger nos manières d’aménager l’espace.

Ils sont la preuve que des espaces, des tissus bâtis anciens ne sont pas condamnés à être considérés comme désuets mais présentent des qualités si enracinées qu’ils sont parfaitement adaptés pour répondre aux besoins actuels, pour peu qu’on ambitionne leur reconquête.

Cinq portraits ont été réalisés.  Découvrez ici les trois premiers :