L’Isle-d’Abeau ouvre le débat pour imaginer demain : 1ère Rencontre de l’habitat

45 ans après que l’Etat programme sur le territoire de Bourgoin-Jallieu une des rares villes nouvelles provinciales et pour mettre en perspective cet héritage, la commune de l’Isle-d’Abeau a initié, en septembre 2018, la « 1ère rencontre de l’habitat ».

Imaginée comme « une ville paysage » inscrite dans un terroir agricole, ce grand projet d’aménagement du territoire constituait, pour l’Etat, une alternative à l’engorgement de Lyon et de sa périphérie immédiate en offrant un « nouveau pôle d’équilibre ».

Pendant plus de 20 ans des moyens considérables ont été mobilisés pour créer, à l’échelle de 5 communes, une alternative à la ville historique fondée sur une recherche de mixité sociale, d’activités, de loisirs offrant toutes les fonctionnalités contemporaines dans un territoire rural bénéficiant d’environnement de grande qualité à 30 km de la métropole lyonnaise.

Des équipes de paysagistes, d’urbanistes, d’architectes, d’économistes, rassemblées autour de l’OREAM (ORganisation des Aires Métropolitaines), de l’EPIDA (Etablissement Public de la ville nouvelle de l’Isle-d’Abeau) et du SAN (Service d’Aménagement de la ville Nouvelle), ont orchestrées les réalisations à partir d’analyses attentives des caractéristiques typo-morphologiques des lieux.

20 ans plus tard, 40 000 habitants nouveaux résident sur le territoire… l’Etat se désengage alors sans avoir pu atteindre les objectifs des 250 000 habitants initialement prévus ; la ville nouvelle rentre dans le droit commun…

Constatant la perte de qualité d’un certain nombre d’opérations récentes, de mémoire sur la genèse de la ville nouvelle et parfois même d’une forme de rejet des habitants vis-à-vis de certains facteurs, le Maire de l’Isle-d’Abeau a souhaité initier une rencontre entre inter-acteurs ouverte à tous. Pour ce faire, il a sollicité l’appui du CAUE pour imaginer ses modalités.

Un programme dense : « de la genèse à la prospective »

L’idée d’inviter des acteurs historiques de la ville nouvelle, en les confrontant aux points de vue des professionnels et institutions en charge de réalisations actuelles, a été immédiatement appréciée par les partenaires. Des rappels, recontextualisant les conditions institutionnelles et politiques des années 70 et 80, complétées par un panorama d’une vingtaine de réalisations marquantes de l’époque, ont permis de resituer les conditions singulières de ces aménagements remarquables de diversité et de cohérence d’ensemble.

Deux balades urbaines, guidées par le CAUE, ont permis aux participants de découvrir ou redécouvrir les réalisations et échanger sur leurs impressions, profitant des témoignages des protagonistes historiques présents dans chaque groupe. 3 ateliers, introduits par des concepteurs, des bailleurs ou de représentants des services de l’Etat et de la CAPI, ont suscité de nombreux échanges très constructifs. Thierry Paquot, philosophe de la ville, grand témoin de la rencontre, a pu mettre en perspective le potentiel exceptionnel de cette expérience hors norme qui, 45 ans plus tard, ne peut plus être considérée comme une ville nouvelle mais une ville dotée d’avenir… « L’Isle-d’Abeau a du charme » et possède tous les atouts pour réussir sa transition sociale, économique et environnementale au XXIe siècle.

Cette 1ère rencontre, dont le succès a été remarqué, préfigure, selon Alain Jurado, Maire de l’Isle-d’Abeau, et ses partenaires, des perspectives prometteuses qui ne devraient pas en rester là…

 

Télécharger le programme détaillé
Visualiser le parcours de la visite

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.