Villard-de-Lans : Cité scolaire Jean Prévost, histoire de chantier…l’histoire d’un passage…

Le lancement du chantier de la restructuration de la cité scolaire de Villard-de-Lans a donné aux élèves en 2009, l’occasion de réaliser l’ampleur des travaux dont ils allaient être les témoins pendant trois ans ! La longue gestation, pour passer du temps de décision initiale au temps du projet, menée dans les coulisses des études les plus complexes était révolue, panneau de chantier et pelleteuses annonçaient « enfin » l’ouverture du chantier…

Le lancement du chantier de la restructuration de la cité scolaire de Villard-de-Lans a donné aux élèves en 2009, l’occasion de réaliser l’ampleur des travaux dont ils allaient être les témoins pendant trois ans ! La longue gestation, pour passer du temps de décision initiale au temps du projet, menée dans les coulisses des études les plus complexes était révolue, panneau de chantier et pelleteuses annonçaient « enfin » l’ouverture du chantier…

Cette phase « active » du projet a été saisie par l’équipe éducative et enseignante de la cité scolaire comme un temps privilégié pour expliquer ce qui allait se passer derrière les fenêtres de classes, mais aussi comment l’histoire avait commencé…
 

Une nouvelle cité scolaire allait sortir de terre… les anciens bâtiments ayant accueilli jusqu’à 1000 élèves seraient démolis, seul le gymnase resterait comme témoin des années 60 ! Un tel bouleversement nécessitait quelques explications… La nouvelle cité demanderait à se faire adopter… par les élèves comme par les équipes enseignantes et administratives.

Pour retracer l’historique des choix et des étapes successives et tenir informé le plus grand nombre, des interventions se sont organisées avec différents groupes de classe, mais aussi avec différents intervenants : un intervenant principal au cœur du projet, un architecte de l’équipe maître de l’œuvre, Monsieur Enry Chabal, plusieurs bureaux d’étude de son équipe d’ingénierie, le chef de chantier de l’entreprise générale en charge des travaux, la Maison du territoire du CGI et le CAUE.

Le CAUE a eu pour mission principale l’organisation et la coordination des intervenants, ainsi que la phase explicative de « l’amont », c’est-à-dire les étapes effectuées par la maîtrise d’ouvrage associée (Conseil Général de l’Isère et Région Rhône-Alpes). Dans un second temps, c’est tout le déroulement de la mission des architectes dans le cadre des marchés publics, depuis le concours, jusqu’à la réception du chantier qui a été explicité.

Les rendez-vous des élèves face aux professionnels ont permis une double rencontre : celle d’un métier et celle d’un acteur du chantier. Ces deux dimensions ont su donner du sens à la longue liste des intervenants écrite sur le panneau de chantier à l’entrée de la cité et faire comprendre la complexe, mais indispensable, interaction entre toutes ces personnes pour réussir ce chantier.

En fonction des classes et des filières, l’approche thématique ou la forme de la restitution ont pu être différentes, mais tous les élèves des classes impliquées ont profité de visites régulières commentées par l’architecte mandataire. Pour exemple, voici quelques objectifs pédagogiques définis dans l’action scolaire pluriannuelle :

Favoriser l’appropriation des nouveaux locaux par l’ensemble des élèves, proposer différents moyens d’accompagnement. Le chantier devient un prétexte de rencontre avec le monde professionnel, une illustration concrète des programmes et disciplines étudiés, un support d’actions innovantes qui mobilise la participation des élèves et les rend eux-mêmes acteurs témoins de ce chantier.

Sensibiliser à l’architecture, sous l’angle de la composition, de la qualité des espaces, des matières utilisées, mais aussi sous l’aspect de la Qualité Environnementale du Bâtiment. Comprendre le parti architectural et paysager du projet, les choix fonctionnels, constructifs, énergétiques…

QEB ? : le chantier est observé sous l’angle particulier de la Qualité Environnementale du Bâtiment : choix constructif, choix énergétique, confort visuel, gestion des déchets, recyclage des matériaux de démolition, gestion de l’eau, …

Communiquer sur le déroulement et les phases de chantier « en temps réel », auprès de l’ensemble de la cité scolaire.

Pour 2011, une autre rencontre se prépare en parallèle des visites du chantier, celle d’un artiste qui façonne des cailloux pour les faire devenir sculptures… Robert Pierrestiger avait conçu et installé une fresque en dalle de lave émaillée sur la façade Sud du Gymnase en 1964. Cette façade, aujourd’hui adossée à un autre bâtiment, gardera son secret. C’est une nouvelle œuvre qui marquera l’entrée de la cité dans le XXIème siècle, 3 sculptures en marbre gris de Savoie. Les élèves suivront la réalisation, et rencontreront une fois encore l’artiste du chantier et le métier de sculpteur…

Cette action scolaire s’inscrit depuis 2009 dans le cadre du Contrat Educatif Isérois, en partenariat avec la Maison du territoire du Vercors.

Maîtrise d’œuvre : Architecte mandataire : Chabal Architectes – Architecte associé : Arche 5