Georges Bescher ou l’histoire d’un engagement devenu passion

Georges Bescher, Vice-Président du Conseil Général de l’Isère, chargé de l’habitat et de l’action foncière, après 14 ans à la présidence du CAUE de l’Isère et 3 mandats de Conseiller Général, a décidé de mettre fin à ses engagements électifs.

 

Ingénieur de formation, il découvre le rôle original du CAUE, alors qu’il est Conseiller Municipal de la commune de La Terrasse.

Elu Conseiller Général en 1994, il siège pendant un mandat au sein du Conseil d’Administration du CAUE, avant d’être élu Président en 2001…

La réflexion préalable au plus proche des acteurs et du terrain, alternative efficace nécessaire à la standardisation des réalisations !

Bien que déjà clairement positionné auprès des différents acteurs de l’aménagement et en particulier des petites communes et bourgs ruraux, grâce à son statut original de conseil gratuit et indépendant, le CAUE va, sous la présidence de Georges Bescher, marquer sa différence en engageant des débats et en initiant des actions sur les grands enjeux sociétaux.

Pluridisciplinarité et indépendance, pour interroger les idées reçues et voir plus loin.

Dès 2002, le ton est donné, en organisant des séminaires, pour présenter le concept alors peu connu du développement durable. En 2003, le débat est lancé sur le changement climatique et ses effets sur notre environnement et nos modes de vie. Georges Bescher, pragmatique, issu d’une culture paysanne, considère que le CAUE est l’outil idéal pour confronter la théorie à la pratique.

Des alternatives sont cherchées en Europe et les voyages d’études, conférences, expositions et films, sur les avancées constructives du Vorarlberg (petit land autrichien), créent un véritable choc culturel en Isère. La formule originale, mise en place par le CAUE, consiste à mixer les publics d’élus, de professionnels, concepteurs, bureaux d’études, promoteurs sociaux et privés, entreprises, universitaires et associations, dans des visites stimulantes pour donner envie de construire des projets autour d’objectifs partagés.

Méthode efficace qui va contribuer à modifier considérablement, en quelques années, les méthodes de travail et le paysage de la construction et de l’aménagement isérois.

Les réalisations innovantes se multiplient tout autant que les rendez-vous des acteurs, toujours plus nombreux à se mobiliser autour des enjeux de la transition énergétique… Les élus et décideurs se passionnent, les concepteurs s’engagent sans compter, les entreprises investissent, les promoteurs prennent des risques et les résultats sont au rendez-vous…

L’Isère innove en organisant, via le CAUE, toujours en partenariat avec d’autres acteurs professionnels, associatifs, culturels ou universitaires, des manifestations originales :

  • 1ères Assises nationales de la construction passive,

  • Biennales du développement durable de Grenoble, dont il est partenaire fondateur,

  • Assises de l’énergie grise,

  • Activités artistiques et culturelles :

    . Rencontres de l’Imaginaire,

    . Biennales Arts Sciences, sous l’égide de la Scène nationale de l’Hexagone de Meylan,

  • Salon du bois, expérimentations, chantiers-pilotes,

  • Visites d’opérations et démarches d’évaluation collégiales…

La stratégie consiste à initier des projets ambitieux et à valoriser les démarches et réalisations de qualité, décrire et analyser les processus de projet…

Un référentiel d’opérations exemplaires en architecture, urbanisme, espaces publics, paysages, espaces naturels, est né ; il alimente désormais les réflexions des collectivités.

Les limites de la seule loi du marché sont aujourd’hui pointées, volonté politique et réflexions préalables sont plus que jamais devenues incontournables pour éviter la banalisation et mettre en œuvre des réalisations adaptées aux enjeux des territoires.

Les nombreuses réalisations sont devenues des références régionales, voire nationales.

Ancienne caserne de Bonne à Grenoble promue premier écoquartier de France, cœur du village de La Rivière également labellisé écoquartier, premiers logements sociaux passifs à La Terrasse, collèges bois à hautes performances énergétiques et maisons du territoire du Conseil Général de l’Isère à très basse consommation…

La dynamique est lancée, elle s’appuie sur un tissu professionnel et économique local qui partage la culture de l’innovation autour des ressources naturelles du territoire.

La volonté de Georges Bescher, c’est aussi d’agir sur les leviers de l’aménagement, la qualité des PLU pour un porter à connaissance des volontés départementales, la mise en place d’urbanistes conseillers, auprès des directions territoriales alimente une observation originale de la qualité des PLU.

« La Plateforme d’ingénierie territoriale mutualisée » est née, associant 10 organismes d’aménagement et de logement isérois. Elle permet d’offrir aux collectivités une aide efficace diversifiée et sur mesure à toutes les échelles de réflexions préalables.

Tous ces outils existent, se complètent, mutualisent les compétences. Ils témoignent d’une réelle capacité iséroise à travailler en réseau, à inventer en permanence des méthodes nouvelles, pour mieux répondre aux enjeux de notre cadre de vie.

Cette dynamique, nous la devons en grande partie à l’engagement exceptionnel de Georges Bescher et de quelques élus qui ont su impulser une ambition de qualité.

Et Georges Bescher de déclarer :

« Le CAUE est un outil efficace et irremplaçable. Continuez à le mobiliser pour vous accompagner dans vos réflexions préalables, quelle que soit l’échelle de votre projet. »

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.