Revue : Des écoquartiers aux villages durables : l’Essentiel sur…

Qu’est ce qu’un écoquartier ? Cette notion recèle-t-elle un nouveau pallier qualitatif dans la conception de l’aménagement ? Faut-il y voir une méthodologie pertinente et un changement profond dans la façon d’élaborer la ville de demain ? Peuvent-ils être adaptés à la spécificité et aux moyens limités des petites communes rurales ? Telles sont les questions abordées dans ce numéro de l’Essentiel sur…, (bimestriel du CIFODEL – Centre d’Information et de Formation des Elus de l’Isère -) réalisé en partenariat avec le CAUE de l’Isère.

Depuis des mois, fleurissent des initiatives communales de lotissements, d’extensions urbaines, de renouvellements de quartiers ou de restructurations de centres bourgs, d’un genre nouveau… Remise en cause de nos méthodes d’aménagement, de nos modes de vie, de déplacements, ou simple effet de mode…? Les écoquartiers ou quartiers durables sont-ils devenus «tendance» et en quoi consistent-ils ?
Depuis 10 ans maintenant, la loi SRU a introduit la notion de développement durable en urbanisme. Progressivement, elle a contribué à interroger nos modes d’aménager des 40 dernières années et suscité, au vu des enjeux rappelés par le Grenelle de l’Environnement, des changements climatiques, de la lutte contre les gaz à effet de serre, des prises de conscience considérables.
L’urbanisation effrénée de nos territoires, portée par l’engouement de la maison individuelle et le développement des mobilités résidentielles, ont métamorphosé en quelques décennies des paysages façonnés au fil des siècles qui constituent un patrimoine collectif irremplaçable. Ce modèle d’aménagement marque aujourd’hui clairement ses limites en termes spatial, mais également économique, environnemental et social.
Les SCOT, les PLU, les chartes tentent d’enrayer ces phénomènes au profit de méthodes nouvelles qui corrigent les insuffisances de ces aménagements, pour préserver des marges de manœuvres qualitatives aux générations nouvelles… Les écoquartiers, mis en place depuis quelques décennies dans d’autres pays européens, sans doute plus attentifs à la sauvegarde de leur patrimoine foncier, ou plus contraints par le climat et l’économie, ont mené à bien des opérations qui méritent d’être analysées…
Pas question, bien entendu, de transposer telle ou telle démarche ou aménagement qui résultent de contextes et cultures particuliers, mais, au contraire, observer, analyser, adapter, pour ouvrir des alternatives à l’immeuble ou la maison monofamiliale.
En France et dans notre région, un certain nombre d’opérations d’aménagements qualitatifs ont, bien entendu, été menées, portées par une volonté politique particulière et des équipes de projets qui ont investi dans des réflexions et concertations, préalablement aux aménagements. Elles se caractérisent par la mise en place de programmes mixtes (logements variés, du social au privé, services, activités, espaces publics, réseaux énergie…), et surtout par un maillage très étudié des dessertes et cheminements qui favorisent la continuité avec les tissus déjà urbanisés.









Une réflexion préalable permet généralement de prendre conscience des enjeux d’une opération, d’en débattre, de transformer les instructions et le bon sens, en objectifs opérationnels quantifiés, d’envisager des scénarios ; bref, d’installer la vie dans toutes ses dimensions pour réinventer des quartiers et villages qui favorisent durablement une qualité de vie individuelle et collective. C’est en cela que les écoquartiers méritent toute notre attention…
Bonne lecture et à vos projets !
Ce numéro de L’Essentiel sur… Des écoquartiers aux villages durables est disponible sur commande sur le site du CIFODEL : http:www.cifodel.fr/