Rénover sa maison… où en sommes-nous ? « Petites transformations, grands projets »

La Maison de l’Architecture de l’Isère et son réseau du sillon alpin exposent dans ses locaux grenoblois, depuis le 27 avril et jusqu’au 27 juillet, 10 réalisations stimulantes de maisons ou appartements dans des contextes variés de notre région. Pour son Assemblée Générale du 28 juin, l’équipe a invité Serge Gros, Directeur du CAUE, pour engager des échanges entre professionnels sur la place de l’architecte dans des projets de rénovation de maisons individuelles, généralement réalisés sans ses services au XXème siècle.

Cela n’est un secret pour personne, la maison individuelle, bien que de moins en moins accessible, reste un rêve pour la très grande majorité des français… 80 % des maisons ont été, dans la seconde moitié du XXème siècle, construites sans architecte, en particulier dans le milieu péri urbain et rural. Les maisons sur catalogue ont fleuri la plupart du temps sur des programmes et surfaces inférieures à 170 m2, seuil défini par la Loi de l’Architecture de 1977, sorte « d’exception culturelle » française, comme l’a rappelé Serge Gros en introduction.

Pour ces architectures « du quotidien », peut-on ou doit-on se satisfaire de solutions standardisées ou faiblement adaptées, issues de « produits » sur catalogue ? La maison individuelle ou l’habitat groupé, ne sont-ils pas de formidables occasions de développer des liens privilégiés entre les attentes ou les « rêves d’habiter » d’aujourd’hui et les territoires qu’ils accueillent ?

Comment se déroulent les processus de conception et d’obtention des permis de construire, qui encore aujourd’hui, transforment parfois ce rêve de vie en parcours du combattant ?

Comment rénover thermiquement notre logement pour répondre aux enjeux énergétiques et environnementaux, et à quel prix ?

Pourquoi et comment les architectes, pourtant formés prioritairement à la question du logement, se sont-ils laissés exclure de ces missions ?

Ce sont autant de questions qui ont été débattues entre professionnels de toutes générations, passionnés et curieux, venus contribuer aux échanges.

L’exposition :

Le parti pris de cette exposition, très didactique, a volontairement été de privilégier la parole des acteurs et en particulier des habitants, plutôt que de faire l’éloge des architectures… ce qui aurait été une sorte de facilité, vu la qualité des projets…

Ces 10 réalisations racontent avant tout 10 histoires de vies, 10 rencontres plutôt réussies (il faut le dire) entre des propriétaires, modestes ou plus aisés, qui ont décidé de réaliser un projet sur mesure capable de répondre au mieux à leurs aspirations d’aujourd’hui… mais aussi de demain !

Les projets, qui interviennent souvent sur des constructions banales, révèlent de manière magistrale la plus-value des idées et de l’imagination des concepteurs pour résoudre des équations complexes à partir des besoins, des moyens et des caractéristiques des lieux et des règlements.

Tous sont issus d’une approche globale, d’hypothèses multiples, d’échanges, d’adaptations ou de négociations pour retenir, parmi de très nombreuses possibilités, la réponse « la plus juste ».

Le rôle des architectes conseillers du CAUE, présents en Isère sur plus de 400 communes, partenaires aujourd’hui reconnus par leurs confrères pour leur apport stimulant dans le projet, y compris vis à vis de leurs clients, a été souligné par tous. À l’heure où l’architecture se standardise pour coller au plus près aux règlements d’urbanisme, les projets d’architectes suscitent bien souvent de réelles questions aux commissions d’urbanisme et aux maires, qui appréhendent avec quelques inquiétudes des projets jugés « trop contemporains ».

Écoute, pédagogie, échanges, ont été les maîtres mots dans ce débat où les certitudes d’antan semblent reléguées au passé au profit des questions sur les impacts de nos modes d’habiter sur l’environnement.

L’évolutivité des espaces, le choix de matériaux à impact limité sur l’environnement, les performances énergétiques, le bioclimatisme et les préoccupations des habitants pour leur santé et le sens de leur projet, semblent avoir guidé les histoires de vie traduits dans le bois et la pierre, parfois sur des interventions mineures…

À l’heure où les impératifs de rénovation énergétique focalisent des moyens financiers considérables et nous préoccupent tous, ces réalisations démontrent que « la matière grise » et l’imagination permettent d’atteindre ces performances mais aussi et surtout de redonner des espaces de vie indispensables à notre épanouissement individuel et collectif.

Une exposition à ne pas manquer…

Maison de l’Architecture de l’Isère

http://www.ma38.org/

contact@ma38.org

04 76 54 29 97