Rencontres i 2007  La conférence de l’Ambarrassadeur

L’architecture et l ’urbanisme en spectacle ? En moins d’un siècle, nos territoires ont été le théâtre de mutations sans précédent qui se traduisent par une urbanisation plus importante que celle des dix générations antérieures. Les effets liés en grande partie aux progrès « de la mobilité » sont désormais planétaires. A l’heure où s’inscrivent les règles qui fonderont l’urbanisme des vingt prochaines années, l’Hexagone et le CAUE de l’Isère ont souhaité, dans le cadre des Rencontres-i, tenter de contribuer à la réflexion en explorant de nouveaux rapports avec leur public.

En effet pour l’équipe de l’Hexagone, l’activité culturelle et artistique doit, elle aussi, être capable de se confronter aux grandes questions d’actualité qui inévitablement trouvent leur traduction dans notre vie quotidienne : transport, habitat, environnement…
Le CAUE, lui, souhaite sortir du discours technique qui pourrait porter à penser que l’urbanisme est avant tout une affaire de spécialistes. Aussi avec cette proposition où l’art et la science se croisent, nous désirons :
• privilégier les approches artistiques, philosophiques, poétiques et humoristiques pour mieux aborder les questions de fond,
• établir une distance critique indispensable à la réflexion,
• croiser les approches, les regards et les compétences pour mieux se mettre en projet…

Roland Shön a accepté de suivre les architectes, urbanistes, paysagistes et ethnologues au gré des visites et des projets, pour développer son regard interrogatif et humoristique sur nos certitudes quotidiennes…

Imaginez-vous l’inimaginable. Que l’ambassadeur d’un pays aussi improbable que la Platogne libre décide de construire son ambassade en France. Et qu’il choisisse pour ce faire un village d’une région de montagne. Cela dans la volonté de trouver un lieu à l’échelle de la modestie de son pays… Il va lui falloir convaincre les habitants et les élus du village choisi de la justesse de sa décision. Mais aussi leur présenter le projet architectural de l’édifice, ce qui risque certainement de plonger l’intrépide ambassadeur dans un profond embarras !