Produire collectivement de l’énergie : zoom sur les Centrales Villageoises Photovoltaïques

Quelles soient en Trièves, dans le Vercors ou dans le Grésivaudan, les Centrales Villageoises se développent en Isère. Impulsées par des citoyens, soutenues par des collectivités et accompagnées par des partenaires institutionnels (l’ADEME et les Espaces Info Energie, les Parcs Naturels, les CAUE, les services patrimoine de l’État) depuis 2011, les Centrales proposent un modèle social et économique répondant aux besoins de production locale d’énergies renouvelables (solaire, éolienne, etc) visant l’autonomie énergétique des territoires, loin de la spéculation financière, tout en garantissant une gouvernance citoyenne.

Si de plus en plus de territoire sont engagés dans des démarches TEPOS (territoire à énergie positive), les Centrales Villageoises participent activement à cette dynamique de recherche d’équilibre entre la consommation et la production d’énergies renouvelables, à l’échelle locale.

Avec son modèle économique et social particulier (société type SAS, société d’action simplifiée), une Centrale Villageoise propose une alternative de production locale d’énergies renouvelables, qu’elles soit solaires ou éoliennes, tout en intégrant une gouvernance citoyenne et une participation large et active des « actionnaires ».

Un actionnaire (un particulier et, possiblement, à faible proportion, une collectivité) de la société achète des parts et récolte des bénéfices, comme dans toute société, mais la spéculation financière n’est pas l’état d’esprit. La participation peut également être une mise à disposition de sa toiture à condition qu’elle offre, entre autres, une surface suffisante et une bonne orientation.

Dès le début de l’expérimentation, en 2011, à la l’initiative des Parcs Naturels Régionaux de la Région Rhône-Alpes, le CAUE de l’Isère accompagne les porteurs de projet et les partenaires impliqués : RAEE (aujourd’hui AURA-EE), l’AGEDEN, la Communauté de Communes du Trièves ainsi que la Communauté de Communes du Massif du Vercors et plus particulièrement, le Parc Naturel Régional du Vercors.

L’accompagnement du CAUE s’est principalement porté sur le repérage et l’aide au choix des sites d’expérimentation afin de conjuguer au mieux leur potentiel de production tout en prenant en compte leurs qualités paysagères et architecturales.

En 2017, la Centrale du Trièves (SAS créée en 2013) se rapproche du CAUE pour évaluer les toitures équipées car la question de l’intégration paysagère reste au coeur des réflexions. De plus, la pérennité et le développement de la société dépendent également d’une intégration satisfaisante des panneaux dans un contexte paysager sensible, pour une meilleure acceptation de ce type d’équipement, parfois très visible.

Ce travail d’évaluation prendra davantage la forme d’un guide méthodologique qu’une « correction » de copie et se fera avec les partenaires historiques. Cette contribution sera certainement mise à disposition des porteurs de projets et enrichira le centre de ressources du site des Centrales Villageoises.

Des démarches d’avenir qui témoignent que l’énergie est précieuse et qu’elle peut réunir les habitants d’un territoire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour plus d’information sur le sujet :

le site des Centrales villageoises : http://www.centralesvillageoises.fr

D’autres initiatives intéressantes en Isère :