Peut-on maîtriser ou accompagner les divisions parcellaires ? Retour sur une méthode innovante et participative : le BIMBY

Quelques années après le lancement de la démarche BIMBY*, le passage à Grenoble de David Miet (architecte urbaniste à l’origine de la démarche) est l’occasion de faire un point sur cette manière innovante et participative de faire de l’urbanisme.

 

 

 

Presque cinq ans après le lancement de la démarche BIMBY, David Miet souligne qu’au plan national, une cinquantaine de communes et communautés de communes ont mené des études BIMBY. Les premiers PLU intégrant des Orientations d’Aménagement et de Programmation dédiés à la densification du tissu pavillonnaire ont vu le jour.

Ces actions sur l’intensification des tissus pavillonnaires partent de la conclusion suivante : la grande majorité de l’urbanisation des dernières décennies s’est opérée sous forme d’habitat individuel, en extension, sur les terres agricoles. Faisant le constat de cet étalement urbain, ces collectivités se sont investies sur la mutation des tissus pavillonnaires peu denses. L’objectif est une densification, mais réalisée grâce à de l’habitat individuel, grâce aux projets des habitants et pour les habitants. C’est dans cet optique que des réunions publiques et entretiens individuels entre habitants et architectes / urbanistes ponctuent la démarche. Celle-ci reste bien entendu volontaire pour les habitants. Elle constitue une modalité originale de conciliation, entre projets particuliers et intérêt général porté par la collectivité à travers son document d’urbanisme.

Avec la Loi ALUR, ce besoin de réflexion sur ces tissus urbains a pris une actualité encore plus brûlante. En effet, le texte de loi a conduit à la suppression immédiate du Coefficient d’Occupation des Sols pour les communes couvertes par un PLU. Cette disparition de règle à effet immédiat conduit les élus à composer quotidiennement avec des divisions parcellaires plus nombreuses, et plus ou moins heureuses.

Au final, la démarche BIMBY propose une modalité de réponse originale aux enjeux de nos sociétés : à savoir, comment composer un projet de société plus vertueux pour le territoire, grâce à une démarche d’urbanisme participative au sein de laquelle les habitants prennent toute leur place.

 

* BIMBY : Build In My BackYard que l’on peut traduire littéralement par « Construire dans mon jardin ».

 

corps-du-texte-bimby