Voyage d’études à Genève : Performance énergétique et patrimoine, un défi à relever

La Ville de Grenoble et le CAUE, en lien avec Grenoble-Alpes Métropole et ses partenaires, porteurs d’un des plus ambitieux Plan Air-Energie-Climat de France, ont décidé d’organiser un voyage d’études à Genève les 3 et 4 mai 2017 pour stimuler l’innovation. Avec plus de 50 % d’émission de gaz à effet de serre, le secteur du bâtiment s’attelle, depuis plusieurs années, au chantier prioritaire de la rénovation énergétique et architecturale de son patrimoine existant.

L’enjeu est de taille, les moyens techniques et financiers considérables, pour faire en sorte que notre patrimoine bâti public et privé s’adapte aux incontournables exigences du XXIe siècle, confronté à la transition énergétique et environnementale, sans toutefois sacrifier la qualité architecturale et urbaine.

Malgré les résultats encourageants des campagnes « MurMur » portées par la Métropole, il nous a semblé indispensable de faire le point sur « l’état de l’art » de notre territoire en rassemblant, le temps d’un voyage dans un même bus, la chaîne des acteurs de la construction. Elus en responsabilité, vice-présidents de la Métropole et du CDI, maires et adjoints, techniciens, services de l’Etat et du patrimoine, bureaux d’études, architectes, bailleurs sociaux, promoteurs, entreprises, façadiers et représentants des organismes ALEC, AGEDEN, CAUE, ont tous répondu présent à l’invitation.

Notre délégation a été accueillie avec beaucoup d’intérêt par les élus et techniciens genevois. Le programme était dense, alternant présentations et visites d’opérations sur des constructions comparables aux nôtres.

En introduction, la politique et la stratégie mises en place par la ville de Genève et son canton depuis plusieurs décennies, pour passer d’une société à 6 000 watts de consommation par habitant à une « société à 2 000 watts » 100 % renouvelable à échéance 2050.

La décision, par référendum, de sortir du nucléaire a poussé les Genevois à planifier les actions dans la durée autour de 3 piliers :

- Exploiter au mieux le potentiel des énergies renouvelables,

- Développer unanimement les mesures visant à augmenter l’efficacité énergétique,

- Réduire les risques de dépendance structurelle envers les agents énergétiques fossiles.

Pour y parvenir, des règles simples fondées sur le pragmatisme, le dialogue et l’évaluation.

Les résultats sont probants, les performances des rénovations s’améliorent d’année en année. À titre d’exemple : les matériaux type PVC sont proscrits au profit du bois, voire de l’aluminium ; les climatisations, bannies (sauf justification dérogatoire), ont cédé la place à des réseaux de rafraîchissement issus de l’eau profonde du lac à 6° toute l’année ; les matériaux naturels sont également privilégiés ; nombre de menuiseries anciennes, plutôt que d’être systématiquement réformées, sont renforcées et équipées de double, voire triple vitrage, par des artisans locaux.

Avant tout, c’est l’approche multicritères et la capacité de dialogue entre acteurs qui ont marqué la délégation iséroise. Approche historique détaillée permettant d’identifier la valeur architecturale et le comportement physique des matériaux dans leur environnement, mise en place de scénarios, pré-chiffrages, discussions, votes, chantiers, etc., toujours suivis par un maître d’oeuvre et un accompagnement dans la durée jusqu’à ce que les objectifs performanciels soient atteints. Loin des réponses standardisées qui généraliseraient l’isolation thermique par l’extérieur, chaque bâtiment bénéficie d’une réponse adaptée, tenant compte de sa valeur patrimoniale et de l’intérêt de conserver sa « peau » et son écriture originelle ou de se recomposer dans une nouvelle physionomie.

La valeur d’usage, les performances attendues et les moyens mobilisables, contribuent également à la « pesée d’intérêt » qui précède toute décision. Les labels se multiplient : « minergie », « minergie P » (équivalent standard passif). Les bâtiments à énergie positive permettent de diviser par 3 ou par 10 les consommations.

Autant de pistes de réflexions stimulantes qui semblent avoir bousculé les idées reçues et contribueront, nous l’espérons, à renforcer les innovations iséroises.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 Télécharger le carnet de voyage..

Capture d’écran 2017-05-22 à 17.07.09

Accéder aux documents présentés lors du Voyage d’étude…