Logement abordable … Innover ou Renoncer ?

Et si on partait des habitants et des sites pour concevoir des logements plus adaptés et évolutifs grâce à un processus de dialogue innovant entre acteurs… ?

 

 

 

 

 

 

Un constat d’impuissance : Produire du logement de qualité à coût maîtrisé constitue aujourd’hui un enjeu majeur des collectivités et relève également, pour les professionnels, d’un défi de plus en plus complexe, via le renchérissement des normes et des obligations réglementaires, la nécessité de plus en plus d’exigences performantielles dans des enveloppes financières toujours plus contraintes.

Bousculer les habitudes, privilégier le dialogue et l’audace : Sur la base de ce préalable, la METRO, en tant qu’organe politique de l’agglomération Grenobloise, a souhaité répondre à la « provocation constructive » du CAUE de l’Isère, organisme professionnel reconnu pour son indépendance et son expertise, qui propose d’interroger les logiques académiques actuelles pour privilégier un dialogue interprofessionnel en réponse à des situations réelles.

Un objectif commun, porté par la démarche de l’intérêt général, revisiter les processus d’aménagement pour comprendre et identifier les marges de manœuvre, afin d’accompagner de manière plus cohérente les projets des collectivités locales. Tenter d’agir contre le marché spéculatif de l’immobilier qui connaît aujourd’hui une crise sans précédent, pour aller vers un projet recentré et adapté aux attentes sociales et démographiques actuelles.

Ici, le CAUE, porteur de cette proposition dans le cadre de ses missions d’intérêt général, a été mandaté par la METRO pour organiser, sous son égide, ces rencontres inédites permettant de mieux cerner les marges de manœuvre envisageables, grâce à la mobilisation de quelques partenaires choisis par lui, à différents niveaux de la chaîne des acteurs.

Pour cela, une démarche commune basée sur les principes suivants :

- Constituer un comité représentatif de professionnels de la fabrication d’une opération immobilière, composé à la fois des opérateurs immobiliers (publics et privés), des banquiers, des économistes de la construction, des concepteurs maîtres d’œuvre, des entreprises…

- Animer ce comité grâce à notre statut d’indépendance reconnue,

- Accueillir dans un lieu où les principes de l’écoute, de l’échange, du partage d’expérience, de l’acculturation sont des éléments centraux de la méthode de travail.

Une méthode et 4 ateliers d’échanges :

C’est à la fois la capacité à s’interroger collégialement sur le fonctionnement du marché de l’immobilier, la vocation d’un logement, l’ensemble du processus de montage, conception, réalisation d’une opération et in fine pour qui construit-on ? le plus grand nombre ? les couches sociales les plus fragiles ? le foyer moyen en perte de pouvoir d’achat ?… qui nous a permis de comprendre tout l’intérêt de constituer un projet urbain à travers le partage de points de vue et la nécessité d’associer, le plus en amont possible, l’ensemble de la chaîne des acteurs de l’aménagement.

A vouloir trop scinder les différentes phases de réflexion, nous générons du cloisonnement, de la perte de sens, parfois de bon sens, de l’absence de dialogue, de la surenchère réglementaire.

Nous pouvons alors nous interroger sur la nature de la commande politique préalable, sur le contenu souhaitable du document de planification, sur les modalités d’intervention des acteurs et le processus d’aménagement engagé, sur la qualité des réalisations, pour finir par constater que l’ensemble construit et les logements réalisés ne correspondent pas réellement aux attentes sociales et démographiques du territoire.

L’académisme des processus montre ses limites et ne parvient plus à produire des réponses adaptées : Un comble ! L’objectif premier, loger le plus grand nombre à un prix abordable, n’a que trop rarement été atteint ces dernières décennies !

Vers une analyse de cas : « Et si c’était à refaire ? »

Pour aller encore plus loin dans l’analyse et faire bouger les lignes établies, plutôt que remettre en cause des réflexions en cours et avant d’expérimenter en grandeur réelle, il est ressorti des échanges le besoin de revenir sur une opération récemment réalisée pour que de la critique naissent des propositions innovantes avant d’engager des expérimentations généralisables en vraie grandeur.

A suivre…