Le logement social ouvre la voie…  ACTIS relève le défi  de la haute qualité architecturale et environnementale

La culture de l’innovation pour améliorer la qualité des logements et baisser les charges des locataires constitue de longue date la marque de fabrique d’Actis, bailleur social grenoblois aujourd’hui métropolitain. En effet, depuis 2001 il multiplie les expériences de constructions mixtes bois béton aux Nalettes à Seyssins, à Saint-Martin-d’Hères, à Grenoble puis à Crolles, additionnant trophée départemental et prix national de la construction bois en 2012.

Au vu de ces succès et de la satisfaction des locataires qui apprécient la qualité des logements autant que l’image valorisante de l’architecture, Actis, a souhaité relever de nouveaux défis.

Le contexte prometteur du futur écoquartier Flaubert à Grenoble s’est vite avéré très favorable pour conjuguer les paramètres de haute qualité environnementale et énergétique, incontournable dans les années à venir.

Au programme, un collectif de logements en bois local R+8 visant la performance « passiv’haus » en matériaux bio sourcés dans la perspective de mettre en place une démarche reproductible… le tout en zone sismique 4…

D’emblée, ce nouveau challenge ne se situe plus uniquement au niveau d’un bâtiment qui promet d’être pionnier au plan national par ses caractéristiques constructives mais également de s’inscrire dans une dynamique locale de développement économique social et culturel…

Le contexte du projet au cœur d’une métropole confrontée aux contraintes de sa géographie et de son climat continental avec la volonté d’offrir un confort équivalent en période hivernale que lors des canicules, le tout en « très basse consommation », s’avère particulièrement stimulant.

De plus, cette réalisation s’inscrit dans une démarche « énergie grise », prenant en compte l’analyse de son cycle de vie depuis sa conception jusqu’à son recyclage ultime.

Cette ambition qui rejoint celle de nos voisins, autrichiens, suisses, allemands ou norvégiens, s’est construite au fil des années, des voyages d’études, des rencontres, des biennales et autres salons et « forum bois construction » européens.

La méthode d’Actis a été de constituer un « conseil scientifique » associant des personnalités et organismes compétents (CNDB, CAUE, FIBRA, CREABOIS…) pour faire le point sur l’état de l’art en Région, France et Europe.

Au fil des mois le défi s’est avéré ambitieux mais réaliste, les experts ont guidé les bases d’un cahier des charges ouvert à une diversité de réponses… Un concours d’architecture associant des compétences de concepteurs, bureaux d’études, ingénieurs bois et thermiciens a été lancé, attirant de très nombreuses candidatures d’équipes européennes reconnues…

Le projet qui a remporté les suffrages du jury est le fruit d’une association de deux agences d’architecture, l’équipe ASP (Saint-Dié-des-Vosges) et l’atelier 17C (région grenobloise) et une solide équipe ingénierie bois, structure thermique et acoustique.

Ce projet situé en bordure du tout récent parc Flaubert, à deux pas de la MC2 Maison de la culture et du tramway, présente toutes les caractéristiques nécessaires pour atteindre les performances attendues : compacité architecture bioclimatique, absence de ponts thermiques, étanchéité à l’air optimale, triple vitrage généralisé et bien entendu ventilation double flux… permettant de préchauffer l’air entrant en hiver et de rafraichir les logements en été.

Au-delà de ces dispositifs techniques, la qualité des logements disposant tous d’une double orientation des pièces de vie et d’un balcon individuel à convaincu le jury du choix de ce projet.

Pour construire les 56 logements qui proposent un large éventail du T2 au T5, il est prévu pas moins de 1 500 m3 de bois en murs, planchers et toiture, les deux plots seront desservis par des escaliers et ascenseurs intégrés dans un noyau béton armé qui rigidifiera l’ensemble de la construction.

Plutôt que d’afficher le bois en façade en le soumettant aux intempéries, les concepteurs expérimentés ont choisi d’habiller ce bâtiment de zinc, matériau pérenne dans son aspect, et de réserver le bois apparent aux parties protégées.

Les équipes projet se consacrent actuellement à la finalisation des éléments techniques et financiers pour que cette démarche audacieuse tienne ses promesses et se concrétise dans les prochains mois…

A suivre !