Innover, expérimenter, partager, évaluer

L’intégration de la logique de développement durable dans les domaines de l’urbanisme et de l’aménagement, et l’ambition de fabriquer le territoire et la ville post carbone questionnent fortement les conceptions, les processus et les modes de faire aujourd’hui en pratique. Pour innover, renouveler les concepts, organiser des retours d’expérience et questionner les façons de faire, le CAUE anime des processus mêlant expérimentation et innovation, mais aussi évaluation et retour d’expérience.

 

CONCRETEMENT

Mobiliser l’expérience des habitants pour mieux penser la ville de demain
De plus en plus de communes s’interrogent sur la façon de concerter la population. Dans le cadre de la révision de leur PLU, de nombreuses communes comme les villes de Gières et de Pont-de-Claix ont sollicité le CAUE, qui a mis en place, avec l’AURG, partenaire de l’ingénierie territoriale mutualisée, un processus de concertation original, hérité de l’observation des pratiques développées outre Rhin, en particulier lors du voyage d’étude à Tübingen : Les Balades urbaines. Le format des balades permet d’appréhender le territoire de manière sensible en arpentant, observant, découvrant parfois et surtout en donnant son avis, en faisant part de son ressenti. Cette méthode permet une appropriation et une meilleure compréhension du PLU et de ses enjeux par les habitants qui, en retour, apportent leur expertise vécue du territoire. C’est du croisement de cette expertise de terrain avec le souci de l’intérêt général développé par les démarches planificatrices que peuvent naître des réponses plus adaptées à la qualité des territoires.

L’énergie grise, sur la trace du cycle de vie des matériaux… Et des constructions
Après avoir contribué à l’émergence des écoquartiers de Miribel-Lanchâtre, La Rivière, De Bonne à Grenoble et bien d’autres, puis des principes de l’habitat passif (La Terrasse)… le CAUE poursuit sa quête de réponses concrètes aux questionnements soulevés par l’idée de développement durable. L’énergie grise, c’est-à-dire le cycle de production, de transport et d’exploitation de matériaux de mise en oeuvre et de recyclage encore envisagé aujourd’hui à l’aune d’une logique commerciale planétarisée, pourrait devenir un nouvel enjeu pour le développement des économies locales, et finalement un retour au bon sens développé par nos ancêtres… Une idée qui traverse déjà les frontières puisque, à la veille des
deuxièmes « Assises nationales de l’énergie grise », le catalogue édité par le CAUE et Créabois Isère sur ce sujet pourrait bientôt être traduit en langue allemande et anglaise par nos voisins allemands et autrichiens…