Initiation à la perception et l’analyse paysagère : les techniciens de la DDT en formation sur le plateau Matheysin

Dans la continuité du partenariat de longue date avec la DDT 38 sur de nombreux sujets, notamment sur la question de l’acculturation des agents aux problématiques de l’aménagement, le CAUE a animé un cycle de sensibilisation au paysage, thématique de plus en plus ancrée et prise en compte dans la gestion des territoires.

Ce cycle a été initié en décembre 2016 par un premier atelier conduit par la paysagiste conseil de l’Etat, Sophie Malzieu qui avait abordé les grandes notions de paysage et ses représentations. Cette rencontre a fait naître, de la part des agents de plusieurs services, l’envie de confronter ces acquis à la réalité du terrain.

Lire le paysage, acquérir des notions de description et de vocabulaire, trouver une résonance avec les métiers de chacun et croiser les points de vue, sont le fondement des objectifs de cet atelier d’échange in situ, réalisé en collaboration avec Sophie Malzieu (paysagiste conseil de l’état), Amélie Blachot (paysagiste), Michèle Delaigue (paysagiste conseil de la DREAL) et Yesika Reveilhac (architecte-urbaniste de l’Etat, service aménagement sud-est de la DDT).

Le 18 mai dernier, les participants ont donc pu appréhender la notion de paysage lors de quatre arrêts repérés au préalable en immersion sur le territoire de la Matheysine, en testant différents outils accessibles à tous, basés sur l’observation par le dessin :

- le repérage des lignes structurantes du paysage à travers un rhodoïd sur chevalet ;

- un exercice de représentation du paysage en trois temps chronométrés (4 minutes, 2 minutes, 30 secondes) ;

- la création de cartes postales, en représentant le cadre observé et, en le décrivant par quelques mots, l’interprétation par le dessin d’un morceau choisi de paysage.

Les participants ont pu observer quatre paysages de la Matheysine aux « motifs » contrastés :

- l’horizontalité du lac de Pétichet,

- le contraste entre paysage bâti et paysage agricole du bourg de Saint Jean de Vaulx,

- la verticalité du pont de Ponsonnas,

- le grand paysage varié à Sievoz.

Parler de paysage in situ, avec un vocabulaire et des outils simples a permis de désacraliser le mot « paysage » en démontrant aux agents que chacun est légitime pour en parler et que nous en sommes tous les acteurs…

Ce diaporama nécessite JavaScript.