DDE/CAUE : Formation de sensibilisation au paysage. Comprendre un paysage

Souvent en première ligne face à des candidats à la construction peu sensibles aux questions du paysage mais avant tout en attente d’une autorisation administrative, les instructeurs de l’équipement se sont formés cet automne 2008 à la question du paysage. 




La DDE avec ses paysagiste et architecte conseils et en partenariat étroit avec le CAUE de l’Isère, ont organisé les 20 et 21 octobre 2008 deux jours de sensibilisation au paysage. À destination des instructeurs, des chargés d’études, des chargés d’aménagements et des subdivisionnaires, cette formation avait pour objectif d’aider les agents à lire et comprendre les paysages.

Le paysage n’est pas un sujet réservé à un cercle d’experts. Les agents de la direction départementale de l’équipement sont confrontés dans leur quotidien (études, PLU ou droit des sols) à la difficulté d’identifier les projets qui sont susceptibles d’êtres préjudiciables pour les paysages qui les accueillent. Ils sont également confrontés à la difficulté de mettre des mots sur des intuitions et de construire un argumentaire dans le sens d’une pensée paysagère. Ces deux journées ont eu pour objectifs de donner des clés pour décomposer un paysage, lire ses structures, ses composantes, comprendre ses emboîtements d’échelle, ses représentations…

La formation s’est organisée sur deux jours. Une partie en salle a été consacrée à un enseignement théorique sur la notion de lecture de paysage. Un itinéraire en bus avec des arrêts stratégiques a permis la lecture in situ et in visu des paysages du Voironnais. Pour finir, un travail en groupe à partir d’un repérage autour du Lac de Paladru a servi de support à l’atelier « lecture de paysage » à Saint Etienne-de-Crossey.

 

L’atelier « lecture de paysage »

À l’aide d’appareils photos, les groupes ont dû mener un repérage de terrain précis avec comme guide un ensemble de mots clés (les formes urbaines, la trame végétale, la structure géomorphologique, les éléments construits, les silhouettes bâties, les réseaux…) dans l’objectif de construire un discours collectif sur le paysage par une entrée thématique. Cette manière de décomposer le paysage en éléments a permis de pousser la réflexion assez loin sur chaque sujet et de toucher du doigt les interactions et les logiques qui existent entre eux (par exemple le rapport entre relief et forme urbaine ou implantation bâtie et orientation).

Ces deux journées, très conviviales, ont permis aux agents de se rencontrer et d’échanger sur leurs pratiques quotidiennes (beaucoup de cas concrets ont été pris en exemple). Elles ont également initié la construction d’un vocabulaire commun autour de la question du paysage en introduisant la dimension sensible des territoires.

Une expérience positive où la rencontre, l’échange, le débat deviennent la base de la construction d’une culture paysagère commune.

Ce diaporama nécessite JavaScript.