Biennale Arts Sciences Randonnée artistique au cœur de Col du Coq – « Dans les pas des danseurs »

Haut lieu de pleine nature, aux portes de l’agglomération Grenobloise, au pied de la Dent de Crolles et à quelques enjambées de la réserve naturelle du Parc Naturel Régional de Chartreuse, le site, classé espace naturel sensible par le Département de l’Isère, est le théâtre d’une renaturation progressive exemplaire.

Pâturage de longue date, il a accueilli dans les années 60 à 80 une petite station de ski familiale totalement gommée dans le paysage actuel, pour devenir un espace naturel, de loisirs, de ressourcement ou d’observation ouvert à tous.

C’est dans ce contexte que le département de l’Isère et le CAUE partenaires historiques de la biennale Arts Sciences proposée par l’Hexagone de Meylan scène nationale (Arts Sciences), initiateur de cet événement, ont décidé de tenter l’aventure d’un spectacle « expérience en pleine nature ».

Christian UBL, danseur et chorégraphe, ses complices danseurs et musiciens, ont scénographié un parcours sensible inédit : 4 spectacles ont été proposés sur 2 jours, le 1er dédié aux étudiants en BTS Paysage du LECTA de St-Ismier, les 3 autres, le dimanche 4 octobre 2015 au lever du soleil, départ 6 h 30, au zénith à midi et au coucher du soleil.

Après une mise en contexte proposée par l’hexagone et le CAUE lors du trajet en bus, pour présenter les enjeux de l’évolution des paysages et les caractéristiques géologiques et géographiques de ce site exceptionnel, les groupes se forment, mêlant des marcheurs de tous âges et de toute origine, pour suivre les artistes dans une expérience individuelle et collective…

Des parcours s’engagent, guidés par l’artiste via un audio guide, dont ou pourra se détacher pour progressivement transformer nos habitudes de marcheur, en mode de découverte ou redécouverte des caractéristiques des lieux, du détail au grand paysage.

Expérience sensible émaillée de rencontres insolites avec les éléments naturels, les matières, l’atmosphère, les échos, la concentration sur soi, l’éveil de nos sens, l’écoute de textes, faisant l’éloge de la marche, jusqu’à la construction, pour l’occasion, d’une expérience de groupe.

A l’issue de ce parcours inédit, dans les pas des danseurs, nul doute que les liens entre nature et culture, voyage dans notre imaginaire individuel, confrontation au groupe, contribuent à modifier notre expérience de la marche, promue à un « acte fondateur, existentiel de l’homme ».

La mobilisation de nos sens, confrontés à cette nature dont la puissance et la fragilité nous renvoient aux responsabilités de l’action humaine, sont apparues comme des perspectives prometteuses qui pourraient à l’avenir enrichir encore les parcours naturalistes proposés dans les espaces naturels sensibles.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voir l’album photo WAOUHHHHH !