Balade urbaine aux Béalières à Meylan – un éco-quartier avant l’heure


Depuis 2010, la commune de Crolles a pour objectif de réaliser un quartier durable qui verra sa réalisation entre 2018 et 2020 sous la forme d’environ 300 logements. Afin de se doter de références, d’un vocabulaire commun et de retours d’expériences, les élus ont invité les habitants à participer à une déambulation à travers le quartier des Béalières à Meylan.

Le choix de ce quartier emblématique repose sur le fait qu’il est un véritable écoquartier avant l’heure, bénéficiant d’un recul de plus de 35 ans et toujours visité pour son exemplarité.

Ensemble, nous somme allés, un samedi matin, à la rencontre du vivre ensemble, dans un contexte environnemental d’exception , où le piéton et les modes doux ont structuré le développement du quartier et desservent les différentes formes d’habitat.

Dans l’accompagnement de la balade, deux témoins de la première heure ont illustré les différentes étapes de l’élaboration de ce projet ambitieux :

François Gillet, maire de Meylan pendant deux mandats, de 1971 à 1983, initiateur du projet Béalières et Robert Chartier, acteur et habitant de l’habitat groupé auto-géré Hélix et membre initial de l’APU (Atelier Public d’Urbanisme)

Le circuit proposé reposait sur des temps d’arrêt et d’observation et de recueil des commentaires et impressions sur le vif, des uns et des autres.

Dans un premier temps, un rappel du contexte politique, économique, social et de développement a été nécessaire pour mettre en situation les participants. En effet, comment observer trente cinq ans après le premier coup de pioche, un morceau de ville sans en connaître les enjeux de départ ?

A la fin des années 70, la municipalité de Meylan, commune résidentielle de la première couronne grenobloise, s’oriente vers la réalisation d’un quartier-parc conçu selon les principes de l’écologie urbaine, avec une forte participation habitante et une mixité sociale. Dans la lignée du quartier des Buclos et en fonction du contexte foncier et économique, l’opération menée sur le secteur se fera en ZAC en Régie directe qui permettra de répondre aux trois objectifs principaux :

> contribuer à résoudre le problème du logement (locatif social particulièrement) sur l’agglomération tout en veillant au qualitatif et à l’équilibre du bilan d ‘aménagement,

> préserver le site dédié ( environ 1,5 ha tranche 1 et 2), les qualités végétales existantes, le réseaux hydraulique sous-terrain ( canaux de drainage) tout en produisant un morceau de ville, relié au tissu urbain existant,

> maintenir l’élaboration du projet dans le cadre d’une concertation permanente avec les usagers et plus particulièrement « l’APU ».

La démarche est ambitieuse car elle est novatrice en France : elle propose des spécificités uniques à cette époque fondé sur un programme diversifié de logements destinés à tous, publics et intergénérationnels ( en intégrant des équipements, des services et des activités et de loisirs, le tout élaboré avec des collectifs d’habitants riverains et futurs usagers par l’intermédiaire d’un APU. Cet atelier va fixer les grands objectifs et les principes fondamentaux du quartier des Béalières qui ont présidé à sa composition qui aujourd’hui encore, rencontre un succès considérable.

C’est en cheminant, au travers du quartier que les participants ont ouvert la discussion autour de questions diverses et de remarques pertinentes.

(…) brèves de balade :

«  ce n’est pas la vile à la campagne mais la campagne à la ville, ce qui n’est pas la même chose ! »

« Les arbres apparaissent comme un témoignage de l’histoire des lieux. C’est aussi un moyen de limiter les nuisances urbaines comme le bruit, pollution et en période de canicule, les arbres préservent les chaleurs urbaines. »

« attention a veiller a l’accueil de chaque nouvel habitant par les habitants pour enrayer l’isolement des personnes seules (de tous âges) » (…)

A l’issue de la rencontre, chacun des participants a effectué un retour écrit « à chaud » auprès des animateurs en insistant sur le ressenti et de l’observation. La compilation de ces remarques va permettre de mettre en perspective des actions à mener pour l’élaboration du quartier durable de Crolles.

Une des phrases de réaction pourrait servir de conclusion mais surtout de point d’ancrage pour élaborer et consolider la marche vers ce quartier durable :

« En amont, pour « s’approprier » un futur endroit de vie, plutôt que de nommer ZAC machin un lieu, pourquoi ne pas lancer un concours auprès des habitants de Crolles et donner naissance à un nom qui parle « au coeur » comme une layette que l’on tricote en rêvant au futur?! »

Voir les fiches Opérations exemplaires du CAUE :
- ZAC Les Béalières
- Hélix – 7 logements
- Les Naïfs – 13 logements locatifs sociaux

Ce diaporama nécessite JavaScript.